Le jour où on s'est lancé en business

Si tu me lis, c’est que j’ai titillé ta curiosité. Et peut-être aussi parce que tu t’intéresses, toi aussi, au monde gigantesque de l’entreprenariat. Ce mot de 15 lettres est aussi long qu'épeurant. Parce qu’il n’y existe pas de manuel d’explications - étapes par étapes - pour devenir un bon entrepreneur. Du moins, pour ma part, je me suis lancée dans ce milieu un peu malgré moi. Sans m’y connaitre. Parce que honnêtement, tout ce que je connaissais de l’entrepreunariat, c’était les prénoms des dragons de l’émission Dans l’oeil du dragon!

Retour en avril dernier…

Après avoir quitté son emploi et vendu son condo, Guillaume a quitté le pays à la conquête de l’Asie et de l’Australie pour vivre l’aventure d’une vie avec seul compagnon, sa caméra en main. Douze mois plus tard, il était finalement de retour au Québec, et ne savait pas trop quoi faire de sa peau. Il avait suivi son instinct en revenant ici, mais il n’avait aucun plan établi. Un peu perdu, il postulait un peu partout pour se faire des sous.

Pour ma part, je travaillais depuis presqu’un an dans une grande entreprise dans le milieu du cinéma. J’avais une bonne job, un pas-pire salaire et un horaire typique du genre 8-à-6-dans-un-bureau. Mais je me levais tous les matins avec une impression de déjà-vu, comme si je reculais dans le temps. Moi qui avait toujours voulu avancer dans la vie, je me trouvais dans une situation où tous les matins, je me voyais retourner à la case départ. Et plus le temps avançait, plus je me posais des questions.

 

OUI. LES FAMEUSES QUESTIONS.

 


“Suis-je vraiment destinée à travailler dans un bureau?” Pas vraiment.

 

“Suis-je heureuse?” Je ne sais pas...

 

“Alors que dois-je faire pour réaliser mes rêves?” Bouger d’ici!

 

“Combien de temps dois-je encore continuer ici?” Aucune idée...

 

Toutes ces fameuses interrogations où les réponses me semblaient si claires mais si ambiguës à la fois. Et je suis persuadée que je ne suis pas la seule à avoir eu ces questionnements, n’est-ce pas?

Mes patrons ont remarqué que ma motivation avait perdu de sa flamme et que ma tête était rendue complètement ailleurs. J’étais à la recherche du bonheur, de MON bonheur! J’étais tout simplement déconnectée. C’est pourquoi ils ont prit la décision de mettre fin à mon contrat. Je me souviens d’avoir été choquée sur le coup, triste, frustrée, voire même insultée. Mon égo en a prit tout un coup. Je n’avais pas été à la hauteur de ce job.

Déception.

J’ai quitté l’établissement en pleurant, avec une boîte remplie de mes effets personnels - comme dans les films. J’ai automatiquement appelé Guillaume en lui disant que je venais de perdre mon emploi et que je devais m’en trouver une autre - ASAP! - faut bien payer les factures, hen!

“Ok pis... pourquoi on ne travaillerait pas ensemble?”

C’est là que j’ai compris que la vie fait bien les choses et qu’il faut être attentif aux signes qu’elle nous envoie. Que malgré les échecs, de grandes choses peuvent en découler. C’est à ce moment précis qu’on a décidé d’allier nos forces pour se lancer ensemble, dans cette grande aventure, qu’est l'entrepreneuriat.

IMG_7436.JPG

Ce qu’il faut savoir tout d’abord de Guillaume et moi, c’est que nous sommes deux êtres quasi-identiques. Non pas physiquement, mais nos deux personnalités se concordent parfaitement. Deux intenses, auto-diagnostiqués en tant que TDAH, des trippeux de nature, des mordus d’aventures, mais le plus important, nous partageons les mêmes intérêts et nous avons une vision commune. On se connaît depuis 6 ou 7 ans. C’était important pour moi d’avoir un partenaire en qui j’avais 100% confiance et qui était un peu le prolongement de mon cerveau. M’associer avec lui aura été une des plus belles choses qui me soient arrivée. Mais ça, je vous en parlerai davantage dans un prochain blog!

27018532_10159881617075607_1652333657_o.jpg

Un jour, je suis tombée sur une phrase que François Lambert (un des dragons! - j'vous l'avais dis que j'écoutais ça) avait publié sur sa page Facebook, et ça a fait tellement de sens pour moi que peut-être ça en fera également pour toi...

“Un TDAH ne fait que les choses qui lui passionne sinon c’est impossible. Et c’est pour cela qu’on parle de passion lorsqu’on se lance en affaires. Lorsqu’un TDAH trouve sa passion et que c’est une bonne idée, les chances de réussite sont décuplées.”

Et je crois que c’est exactement ça qui est arrivé pour nous.

Ici, je vous ferai part de nos bons coups, et de nos moins bons. Je ne m’identifie pas en tant qu’experte - oh non, loin de là - mais bien en tant que débutante, qui a soif d’en apprendre plus sur le sujet et ainsi, devenir une meilleure girlboss, à tous les jours.

J'ai envie de vous partager mes apprentissages, mes conseils et mes découvertes.

J’ai envie de vous amener avec nous lors de nos voyages. Parce que je vous le jure, il va y en avoir plusieurs. De cette passion découle notre prochain projet - Our Next Project - celui de visiter 12 pays durant l’année.

Au moment où j'écris ces lignes, on ne sait pas trop encore où on ira, ni quand exactement, mais l’inconnu nous alimente, nous stimule.

On est prêts.

Camille
 

27267110_718273145043603_1072847310_o.jpg