Girl, let’s talk.

Screen Shot 2018-05-31 at 10.41.08 AM.png

Ma version de la féminité – en collabo avec Lingerie Emma


Salut les filles, 

Let’s talk. Let’s real talk. 

J’avais envie aujourd’hui de vous parler sans tabous de ma version de la féminité. Parce qu’être une femme, c’est plus complexe que je pensais.

J’ai eu une super opportunité de collaborer avec Lingerie Emma, qui est une boutique située à Repentigny, qui est entre autre spécialisée pour les femmes atteintes d’un cancer du sein. Sur place, on peut rencontrer en privé des conseillères formées pour celles ayant eu recourt à la mastectomie. Ils offrent toute sorte de lingerie, que ce soit des maillots de bain ou des tops de sports, et ce, pour toutes les formes de corps. Toutes les grandeurs y sont, de 32A à 52L! Oui oui, 52L!!!!

En arrivant, on m’a demandé ma taille de poitrine. Ayant toujours eu un poid yo-yo depuis mon adolescence, mon 36C est devenu un 38D puis un 36B. Encore à ce jour, je ne sais même pas ma grandeur exacte. *je viens de sortir ma brassière pour regarder la taille que je porte maintenant* 38B, pour les curieuses. Pour moi, la lingerie a toujours été synonyme de féminité. C’est jolie, délicat et nous permet de se sentir sexy, right? Mais ado, j’étais tomboy. Je trainais avec les voisins, je trippais sur le band NOFX, je m’habillais chez Amnésia - côté garçon - et je détestais porter des talons hauts. Visiblement, j’avais un peu laissé de côté ma féminité. J’étais mal dans ma peau, je préférais porter du linge ample, pour ne pas apercevoir mes petits bourrelets qui se formaient dans le bas de mon ventre. Quand t’as 13 ans, c’est comme pas normal d’être ronde on dirait. Notre corps commence à se former, et des fois plus vite que d’autres. Je me rappelle, il y avait cette « chix » à mon école secondaire. Elle était grande et blonde, elle avait une petite taille, une bonne poitrine et un tout p’tit cul bien rond. Tous les gars fantasmaient sur elle. Moi, j’étais plutôt leur « chum de filles ». C’est con, parce que toute ma vie j’ai jalousé ce genre de filles-là. Parce qu’inconsciemment, c’était cet idéal que je désirais être. La vie en a fait autrement pour moi. Ma beauté, j’ai décidé de la chérir pour d’autres raisons, MES raisons. J’aime mes yeux clairs, j’ai de belles et grosses babines, mes fesses sont bien bombées et mes cheveux frisent naturellement. Mais avant tout, je suis fière de la femme que je deviens. Autant pour mon physique que ma personnalité. J’apprends à tous les jours à dealer avec ma personne. J’essaie d’améliorer les points négatifs qui me dérangent : je suis impatiente, je fais la baboune quand quelque chose ne me plait pas et je suis braillarde. (Pauvre Guigui, je pleure tout l’temps, pis c’est jamais de sa faute!) Mais quand tu connais tes flaws, plus personne ne peut les utiliser pour te blesser. Tu les acceptes, and move on

Tout ça pour dire qu’à 26 ans, j’apprends à me redécouvrir ; moi, mais aussi ma féminité. Je leur donne de l’amour, du support et beaucoup de tendresse. Je sens qu’une nouvelle femme grandit en moi et désire laisser tomber ses peurs et ses angoisses. Celles de ne pas être assez belle, assez mince, assez drôle… peur de ne pas être enough. Mais girl, crois-moi, you are enough

C’est con, j’ai toujours cru que si tu étais jolie et mince, tu n’avais pas de complexes. Pourtant, il existe tous les genres de complexes. Un n’est pas moins grave que l’autre. J’ai donc poussé mon questionnement un peu plus loin en demandant à mes magnifiques amies Noémie Lacerte et Marie Gagné de me parler un peu de tout ça… Ces jeunes femmes ravissantes rayonnent de confiance et en plus, elles sont des vraies girlboss. Je leur ai demandé de répondre à quelques questions que j’avais… 

1-    Quel est ton plus grand complexe? Comment s’accepter comme on est? 

Noémie : J’ai souvent eu peur de ne pas plaire aux autres dans ma vie, et ça s’est souvent transformé en gros complexe. Mais, plus le temps avance, plus je réalise qu’à la fin de la journée, tout ce qui compte réellement, est de réussir à se plaire à nous-mêmes. S’accepter comme on est n’est malheureusement pas une recette toute simple qu’on n’a qu’à appliquer, au contraire, c’est un travail constant. Mais, pour ce faire, il faut arriver à voir au-delà de notre physique, au-delà de nos complexes, et réussir à voir l’humain merveilleux qu’on est. 

Marie : Longtemps, j’ai été complexé par mon poids. Au secondaire, j’étais tellement minuscule, et je me comparais toujours à mes amies qui avaient des formes. Ce fut une phase plus difficile de ma vie. En vieillissant, je me suis rendue compte que c’est important de s’accepter et que c’est tellement plus précieux ce que tu as à l’interieur. Aujourd’hui, je me sens si bien et totalement assumée dans toutes les sphères de ma vie. Quand tu t’acceptes, ouf que tu te rends compte que c’est beau la vie! 

2- Qu’est-ce qui te rend le plus fière d’être une femme? 

Noémie : Ce qui me rend le plus fière d’être femme, c’est la force qu’on a, autant physique que psychologique. We run the world!

Marie : Je trouve qu’on est des «fighters». On a tellement été privé d'opportunités auparavant, mais aujourd’hui on est plus puissantes que jamais! J’ai l’impression que si l’opportunité ne s’offre pas à nous, on va en créer une! 

3- Que dirais-tu aux jeunes filles qui manquent de confiance en elles? 

Noémie : Arrêtes de te comparer aux autres en pensant toujours que tu es moins ci, ou trop ça comparé tous les autres humains du monde. Tu es parfaite exactement comme tu l’es et si tu ne t’en rends pas compte maintenant, continue de te le répéter, un jour tu vas te voir de la même façon que tout le monde autour de toi réussi à te voir: belle, forte pis capable d’absolument tout.

Marie : Qu’il ne faut pas écouter les commentaires négatifs des autres parce qu’il va toujours en avoir. Il faut essayer d’apprendre à accepter notre vraie valeur. Allez, lance-toi dans cette aventure qu’est la vie, tu vas réaliser que c’est bin beau tout ca!


Ce petit blog est pour prouver que chaque femme struggle avec un complexe, aussi banal qu’il puisse nous paraître. Et ça, c’est propre à chacun de nous. Nos défauts ne nous définissent pas en tant que personne. Visons plutôt sur nos qualités, nos bons côtés. Ce sont pour ces raisons qu’on nous aime. Soyez fières de vous. Vous êtes belles, à votre façon, pis c’est parfait comme ça. L'acceptance de soi sous toutes ses formes fait partie intégrante de la philosophie de Lingerie Emma, parce que chaque femme a le droit d'avoir de la belle lingerie, n'est-ce pas!? 


P.S : Jette un coup d'oeil à cette galerie de photos prises par Guillaume pour Lingerie Emma, avec Noémie et Marie!

Love,

Cam

Lingerie Emma
Galeries de la Marina
358, rue Notre Dame
Repentigny, Qc J6A 2S5