Apprendre à écouter sa p'tite voix intérieure

camds

Apprendre à écouter sa p’tite voix intérieure, par @cam_ds


Je me souviens encore du jour où j’ai tout quitté pour poursuivre mes rêves.

Honnêtement, je n’avais encore aucune idée de ce que je voulais faire de ma vie. Mais je sentais que je n’étais pas destinée à travailler derrière un bureau, de 9 à 5, et souvent des fins de semaine. No way! J’avais le cerveau qui spinnait 24-7. Je rêvais de voir le monde, d’écrire mes états d’âme, de partager mes bonheurs, mais aussi mes échecs. J’avais soif de défis. Ma p’tite voix intérieure me poussait à quitter, mais je n’étais pas capable de faire le move. Pourquoi? J’avais peur, j'angoissais bien évidemment. Je redoutais de faire une gaffe et de laisser tomber tout ce que j’avais accompli. Du haut de mes 20 ans, j’avais déjà un CV bien garni.

J’ai toujours travaillé dans le domaine des communications : animatrice à la radio, chroniqueuse à la télé, rédactrice pour un blog, touchant à un peu à tout. Je me suis occupée de la recherche, des bookings et des relations de presse. J’ai un grand intérêt pour tout ce qui touche la culture. Je dépensais une petite fortune annuellement pour voir les spectacles de mes artistes préférés. Je partais en roadtrip avec mes amies vers Toronto, Ottawa, Boston et New York pour assister à des concerts. Je participais à 3 ou 4 évènements par semaine (des petites semaines tsé!). Je travaillais temps plein et je jonglais entre 2 et 3 emplois à la fois. Ça ne date pas d’hier que je suis « workaholic ».

J’ai toujours aimé être occupée et avoir tout plein de projets.

Chaque année, j’avais droit à deux ou trois semaines de vacances. J’avais tellement hâte que je commençais à regarder ma destination des mois à l’avance!

Je me souviens, du haut de ses 22 ans, mon meilleur ami (salut Gab!) avait décidé d'aller étudier une session à l’université à Frankfurt, en Allemagne. Je l’avais trouvé tellement courageux de partir seul, 6 mois, dans un pays étranger. Je l’enviais à le voir tripper sa vie là-bas. 

Quelques semaines plus tard, comme cadeau d'anniversaire, j'apprenais avec surprise que j’allais le rejoindre pour trois semaines (un méchant beau cadeau de fête, merci Mom!) 

Ensemble, nous avons vu Paris, Berlin, Frankfort et Amsterdam. C’est ce voyage qui m’a vraiment donné la piqure. Le feeling d’embarquer dans l’avion, de se sentir décoller du sol puis d’atterrir sur un autre continent, c’est assez particulier. S’imprégner d’une nouvelle culture, s’entourer de gens qui parlent une autre langue, découvrir la gastronomie du pays, c’est trippant.

À mon retour, ça me trottait dans la tête, quotidiennement. Ça fait qu’un an plus tard, je quittais emploi, appartement, famille et amis. J’ai rempli mon sac à dos et je suis partie faire le trip d’une vie avec une amie (salut Tan!). Nous avons acheté un billet simple, sans date de retour, vers Paris, ne sachant aucunement ce que la vie nous réservait rendu là-bas. 

On voulait vivre le vrai « Eurotrip ». On savait qu’on logerait dans un AirBNB pour notre première semaine en France et après, aucune idée! Faut le faire quand même! Deux jeunes femmes de 23 ans qui s’aventurent dans les Z’Europes sans connaître leur itinéraire. 

Le truc? Nous avons suivi notre instinct. Trois mois plus tard (et plus une cenne dans le compte de banque) nous avons décidé de revenir au bercail.Mon passeport a, pendant ce périple, traversé : la France, la Belgique, les Pays-Bas, l’Autriche, la République Tchèque, la Hongrie, l’Allemagne, l’Écosse, les UK, l’Irlande et l’Espagne. 

Je réalise maintenant la chance que j’ai eu d’avoir pu vivre ce méchant trip. Onze pays plus tard, j’avais la tête (et la caméra) remplie de souvenirs. Pourquoi je vous raconte tout ça? Parce que sans le savoir, j’étais déjà passionnée par le voyage et la photographie. J’ai suivi mon instinct et celui-ci m’a dirigé jusqu’à aujourd’hui : être créatrice de contenu. Et depuis, j’ai le bonheur étampé dans la face. 

Our Next Project me permet de voyager, de développer des projets stimulants, de rencontrer des personnes inspirantes et me pousse à me dépasser à chaque jour. Ne pensez pas que mon travail se résume qu'à prendre des photos. Je passe mes journées à envoyer des courriels, écrire des blogs, créer des présentations de projets, faire des suivis avec nos clients, organiser nos voyages, et toutes autres tâches connexes. 

Beaucoup de personnes m’écrivent sur Instagram pour me demander comment j'y suis arrivée.  La réponse est, qu’honnêtement, je n'en ai vraiment aucune idée. J’ai appris à écouter ma p’tite voix intérieure, à connaître mes forces, à croire en mes capacités et surtout... à me faire confiance. 

Faire confiance à la vie, à croire que chacun des problèmes rencontrés t'apporteront une leçon, que chaque faux pas te ramènera vers la bonne direction et que chaque  échec te fera avancer. Penser positif et visualiser, quotidiennement.

Suis ton instinct et n'oublie pas d'écouter ta p'tite voix, car les deux ne se trompent jamais, j'en suis convaincue!

 

Cam